ORIGINE DU VIET VO DAO

Depuis l’origine, l’homme utilise des moyens de défense ou de combat : des lance-pierres, des bâtons, des javelots, des arbalètes pour chasser, etc : outils élémentaires dans l’art de combat. Depuis la dynastie des Huns, et ce à travers quatre mille ans d’histoire, le peuple Vietnamien a naturellement possédé des techniques de combat, seuls moyens de pouvoir établir une nation et de la sauvegarder. A l’époque de Thuc Phan les combats à mains nues étaient très développés. L’histoire racontait que neuf seigneurs luttaient pour le trône contre Thuc Phan, après la mort de son père Thuc Che et décrivait des scènes de combats à mains nues qui duraient plusieurs jours.

Dans ce cadre historique, était né Ly Than, dit Ly Ong Trong, dans un village de Chem à côté de Hanoï. Adolescent, il était très grand, une santé de fer, et une force hors du commun, malgré cela il était très humble. Il disait souvent à ses amis que pour combattre un buffle nul n’a besoin d’être plus fort que lui, mais d’utiliser les techniques.

Il commençait à mettre au point des techniques d’attaque et de défense en étudiant, observant les bagarres des paysans des soldats ; les combats de coqs, les coups de pied du cheval, les chats saisissant leurs proies, etc. C’étaient donc les premières techniques structurées. Grâce à ses dons naturels, et avec les techniques qu’il avait mis au point, Ly Than devint vite le champion du village et de la région. Il était aussi doué dans le maniement des armes. Mais c’était le bâton son arme préférée.

Pendant ce temps, en Chine, Tan Thuy Hoang, parvenait à réunifier la Chine, à construire un grand empire, obligeant les pays vassaux à payer des gages de soumission, lesquels comportaient non seulement de l’or, de la richesse du pays mais aussi la livraison des meilleurs ouvriers et des meilleurs  combattants. Cette année là, Ly Ong Trong faisait partie du lot. IL fut affecté au corps militaire en Chine grâce à son talent, il fut promu au commandement d’un régiment dans la guerre contre les Hun Mongol.
Vainqueur des Huns dans la bataille Cam Tuc, il devint Hieu Uv (l’équivalent d’un général) et eut la charge de défense de Van Ly Truong Thanh (la Grande Muraille).Pendant des années, maître d’une région hostile, il arriva à mater les Huns. Âgé, il demanda à l’empereur Tan Thuy Hoang de se retirer dans son pays. Ce qui lui fut accordé. Il revint à Chem et ouvrit une école pour léguer son expérience dans l’art du combat qu’il avait mis au point et amélioré dans ses nombreuses batailles.

L’Art Martial Vietnamien était né. A partir de là, l’Art Martial Vietnamien dont Ly Ong Trong est l’ancêtre commençait à se développer naturellement dans la couche paysanne. Pour le peuple Vietnamien, c’était vraiment une arme efficace pour se défendre et défendre le village, et la nation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − cinq =